WING-TSUN

Programme de Wing Tsun

De 1 a 6 :

Ecole de base ( Les 5 premiers mouvements principaux du Wt : Tan, pak, bong, gam et kan), de face, à 45°, en zig zag.
Lat Sao : Techniques de jambes basiques (changement)
Enchaînement du fak sao back fist et de ses contres
Travail contre circulaires (crochet et low kick)
Travail des coudes/genoux et de ses contres
Combat souple (sparring)
Chi sao : Dan Chi, Poon Sao, étude de la première section complète.
Taos : Siu nim tao et chum kiu complet

De 7 à 10 :

Techniques avancées des jambes (middle, high kick, retourné, latéral)
Stratégies de combat contre plusieurs adversaires
adversaire armé
Techniques de contrôle souple de l’adversaire (moyen modéré)
Chi Sao : étude des sections 2 à 7 complètes
Combat souple (sparring)
Tao : Biu tzee

Une fois la validation de ses acquis l’élève passe ses grades d’instructeurs/professeurs (5 degrés) :

– Etude du mannequin de bois (chi sao, lat sao, combats)
– Etude des concepts du biu tzee (chi sao, lat sao, combats)
– Chi Gerk
– Forme couteaux papillons
– Forme long bâton
– Thèse sur la compréhension des principes du WT

Histoire du Wing Tsun

 

260px shaolinsi

 

 

 

 

 

 

 

WING TSUN Son histoire

La légende veut que l’origine du Wing Tsun se situe dans la Chine du XVIIIème siècle et qu’il fut créé par une femme dans la Chine envahie par les Mandchous.

Le temple Shaoling, berceau de tous les Arts Martiaux, constitue la dernière poche de résistance du pays. Des traitres Mandchous réussirent pourtant à s’immiscer dans le temple et, une fois initiés aux Arts Martiaux, exterminèrent leurs résistants.

Une religieuse, Ngu mai, survivante du massacre, développe alors une méthode d’auto-défense plus efficace basée sur la sensibilité, avec des gestes simples et l’économie de la force. L’objectif de Ngu Mai n’était pas de vaincre l’adversaire par la force mais par la méthode.

Elle enseignera ensuite cet Art Martial à une autre femme : Yim Wing Tsun , cette technique sera gardée secrète par les chinois pendant des siècles.

Le dernier grand maître du Wing Tsun fut Yip Man, qui lui-même ne dispensa son enseignement qu’au compte-gouttes et aux seuls élèves d’ont la tête lui revenait, avant de disparaître en 1972 .

Conformément aux vœux du Maître, cette discipline resta confidentielle jusqu’à Leung Ting son fils spirituel, qui décida de le démocratiser dans les années 70.   

Aujourd’hui, le Wing Tsun est devenu un des arts martiaux chinois les plus pratiqués au monde.

 

WING TSUN  Aujourd’hui

Le Wing Tsun est accessible à tous et  à toutes, en effet celui-ci ne requiert aucune condition physique particulière.

Comme beaucoup d’Arts Martiaux, le Wing Tsun s’attaque aux points vitaux de l’adversaire mais il s’embarrasse moins que les autres Arts d’élégance et de gesticulations préliminaires.

Les quatre grandes lignes du Wing Tsun

sont :

Si la voie est libre tu avances par une projection méthodique de l’énergie de ton corps vers l’adversaire (coups de poings, coups de pieds).

S’il y a un obstacle (ex: bras) colle ton adversaire en exerçant une pression vers son axe central.

« Cède » si ton adversaire est plus fort que toi

En Wing Tsun « céder » ne veut pas dire capituler mais provoquer un effet de surprise sur l’adversaire.

Si l’adversaire cherche à t’éviter suis-le de toute ton énergie avance et tu entres aisément dans l’espace vital de ton adversaire.

La tenue de base se compose d’un t-shirt blanc, d’un pantalon de Wing Tsun , et d’une paire de chaussures de Kung Fu chaussures martiales autres, ainsi qu’une coquille homme. Ainsi que plastron et coquille de protection spécifiques aux femmes.